Parutions en Histoire : biographies et histoire générale

Publié le 5 Mars 2017

Il y a un peu moins de deux ans paraissait mon premier article sur les parutions en histoire. Je crois que ce type de publication peut être intéressante. A la fois pour donner une idée des parutions récentes, bien sûr, mais aussi pour apporter un éclairage sur mes goûts et mes méthodes de sélection des livres. J'ai une bibliothèque d'environ 1400 ouvrages, alors même que je n'ai pas de place, faisant parti de cette catégorie de français ayant des diplômes mais aucun travail disponible. Il faut me contenter d'un boulot de subsistance, suffisant pour m'acheter encore des livres. Bref, je peux donc mettre quelques euros dans ma bibliothèque de temps en temps. En prime, une photo d'une de mes bibliothèques.

 

L'histoire des bibliothèques a été à l'origine d'un coup de coeur récent. Il s'agit d'une étude sur le savant Peiresc (1580-1637), qui a constitué patiemment une bibliothèque byzantine qu'analyse brillamment Anne-Marie CHENY. Ouvrage universitaire, il est austère, d'un style parfois un peu lourd, mais le propos est passionnant. La première moitié de l'ouvrage revient sur le savant, sur son réseau et sur les pratiques bibliophiles de l'époque. La seconde moitié de l'étude aborde plus en détail l'originalité du fonds byzantin de la bibliothèque de Peiresc. L'érudit provençal était d'un naturel curieux, fin connaisseur des langues anciennes et de l'Orient. Je conseil ce livre à tout amateur de l'humanisme européen et des temps modernes, mais aussi à tout amoureux des livres et des bibliothèques. Il offre une plongée au coeur de l'univers d'un savant qui a beaucoup contribué, dans l'ombre, au progrès de la science de son temps.       

 

L'Orient est au centre d'une question du Capes cette année. Dans ce cadre, deux ouvrages généraux et une biographie sont venus rejoindre ma bibliothèque. Le premier ouvrage est un manuel, Incertain Orient. Le Moyen-Orient de 1876 à 1980 par Florian LOUIS, aux P.U.F. (2016). S'ajoute Les crises d'Orient (1768-1914) par Henry LAURENS, paru chez Fayard (février 2017). La biographie concerne un personnage historique qui a joué un grand rôle dans la construction de la Turquie actuelle : Atatürk par Sükrü HANIOGLU chez Fayard (2016). 

 

Au XIXe siècle, nous pouvons partir maintenant dans la période du Consulat et du Premier empire avec trois livres. J'ai réalisé mon mémoire de recherche de master 1 sur une période allant de la fin du XVIIIe siècle à la première moitié du XIXe. Dès lors, j'aime me tenir au courant des nouveautés, d'autant plus si elles peuvent me servir. Le premier livre est un Dictionnaire des institutions du Consulat et de l'Empire,  paru chez Tallandier (2017), sous la direction de Thierry LENTZ que j'ai acheté et feuilleté. Il me semble, au premier abord, très utile pour définir les attributions et les pouvoirs de certaines fonctions. S'ajoute, du même T. LENTZ une biographie de Joseph Bonaparte, parue chez Perrin (2016). Enfin, le plus récent est une étude sur L'Empire des polices. Comment Napoléon faisait régner l'ordre par Jacques-Olivier BOUDON, parue chez Vuibert (2017). Cette thématique de l'histoire du maintien de l'ordre n'est pas nouvelle, mais elle a été renouvelée ces dernières années dans un contexte troublé du fait du terrorisme et d'une certaine défiance à l'égard de la police. 

 

Sur l'histoire récente de la police, je citerais surtout deux auteurs. Le premier est un jeune chercheur prometteur : Quentin DELUERMOZ. Il a consacré sa thèse aux Policiers dans la ville : La construction d'un ordre public à Paris (1854-1914). Elle a été publié aux Publications de la Sorbonne en 2012. Depuis, il est l'auteur de plusieurs ouvrages, dont un tome remarqué de la série "Histoire de la France contemporaine" au Seuil.

 

Le second auteur est le directeur de mon mémoire de master 1 : Christian CHEVANDIER. Il a publié chez Gallimard une grande synthèse sur les Policiers dans la ville: Une histoire des gardiens de la paix (2012). Elle aborde principalement le XXe siècle, mais ne néglige pas au début de l'ouvrage une rétrospective sur les origines de la police moderne. Le second ouvrage concerne un épisode de la libération de Paris au cours de la Seconde guerre mondiale. Il est intitulé Eté 1944, l'insurrection des policiers de Paris publié chez Vendémiaire (2014). Je n'ai pas lu cet ouvrage, mais il a reçu le Prix Philippe Vianney en 2015 et j'en ai eu des échos très positifs.

 

 

Nous parlions de l'Empire, mais je ne dois pas oublier deux ouvrages de Emmanuel de WARESQUIEL. Il a publié un essai sur le procès de la reine Marie-Antoinette, Juger la reine. 14, 15, 16 octobre 1793, paru chez Tallandier (2016) et dont j'ai rendu compte dans ma dernière chronique. Son autre ouvrage concerne la Restauration, sous le titre C'est la Révolution qui continue ! : La Restauration 1814-1830 paru chez Tallandier (2015). Pour rester avec la Révolution et l'Empire, voici l'homme de loi, le haut-fonctionnaire, mais aussi l'homme d'église qui participa à la rédaction du Code Civil. Il s'agit de François-Denis Tronchet, dont Philippe TESSIER a publié la biographie chez Fayard en mai 2016.  

 

Pour l'époque moderne, outre l'ouvrage sur Peiresc, je ne citerais que deux publications. La première concerne les rapports des Bourbons à la mer. Ecrit par Olivier CHALINE, La mer et la France est parue chez Flammarion dans la collection "Au fil de l'histoire" (2016). En complément, je citerais une synthèse d'histoire maritime qui sera utile à toute personne souhaitant renouveler ses connaissances sur la marine française. Il s'agit d'Une histoire de la marine de guerre française parue chez Perrin (2016). L'autre ouvrage, plus généraliste, est un inédit paru dans la collection ''Folio histoire'', Pourquoi Byzance ? Un empire de onze siècles (2016) par le spécialiste Michel KAPLAN. Encore aujourd'hui, la chute de Constantinople en 1453 reste une date marquante de la fin du Moyen-Âge. Aujourd'hui, même si les spécialistes reviennent de plus en plus sur le découpage traditionnelle des périodes, il n'en demeure pas moins que cette date a marquée les esprits. 

 

Maintenant, un saut dans le temps s'avère nécessaire pour arriver au Moyen-Âge, avec notamment l'inévitable Georges MINOIS. Cet auteur, dont j'apprécie les biographies, n'a pas chômé depuis 2015. Il a publié une Histoire du Moyen-Âge chez Perrin (2016) que je n'ai pas, mais qui semble, par les extraits que j'en ai lu, très mondialisée. J'ai acheté, en revanche, sa dernière biographie sur Richard Coeur de Lion, parue chez Perrin (2017). Fort récente, je ne peux pas encore en donner une impression générale. 

 

En deux ans, les publications sont nombreuses. Je préfère citer trois ouvrages qui me paraissent importants. Le premier concerne le traitement réservé aux Juifs dans le royaume de France sous le règne des Capétiens. Tout amateur et connaisseur de la période peut avoir à l'esprit cette détestable image de Louis IX imposant aux Juifs de porter une étoile jaune. L'étude de Juliette SIBON, Chasser les juifs pour régner, est parue chez Perrin en 2016. Le seconde ouvrage est d'un caractère historiographique. Il s'agit d'une étude posthume de Bernard GUENEE, Comment on écrit l'histoire au XIIIe siècle. Primat et le Roman des roys, publiée par les éditions du CNRS (2016). Le dernier concerne l'histoire religieuse, par un auteur qui a eu l'occasion d'écrire un tome de l'Histoire de France parue chez Belin : Florian MAZEL. Là, il signe un livre intitulé L'évêque et le territoire. L'invention médiévale de l'espace paru dans la prestigieuse collection du Seuil, ''l'univers historique'' (2016).

 

 

Pour finir, et parce qu'il est impossible de parler de toutes les publications de ces deux dernières années, je vais partir dans l'Antiquité. Commençons avec l'Egypte et une publication au coût élevé (49€), L'Égypte des pharaons - de Narmer, 3150 av. J.-C. à Dioclétien, 284 ap. J.-C. par AGUT et MORENO-GARCIA, publié dans la nouvelle collection de Belin, ''Les mondes anciens'' (2016). Je citerais encore deux biographies d'empereurs romains et un ouvrage sur un dossier sensible de l'historiographie. L'une sur Titus, par Philippe TAREL chez Ellipses (2016) et l'autre sur Caligula, par Jean-Noël CASTORIO, aussi chez Ellipses (2017). Cette dernière biographie est une agréable surprise. J'avais écris une critique sur sa biographie de Messaline (2015) dans laquelle j'exprimais ma déception concernant le style d'écriture. Ici, mis à part des redites, écueil présent dans de nombreuses biographies, la lecture des soixante premières pages est fluide et le fond intéressant. Je ne pense donc pas être déçu cette fois-ci. Pour terminer cette revue des parutions depuis mai 2015, je citerais une étude sur une période qui m'intéresse particulièrement, l'Antiquité tardive. L'ouvrage en question s'intitule Les Derniers Jours. La fin de l'empire romain d'Occident par Michel DE JAEGHERE, paru aux Belles Lettres (2016).

 

Pour finir, quelques ouvrages à paraître.

Chez Perrin

Poincaré par Georges VALANCE pour le 9 mars 2017

Mobutu par Jean-Pierre LANGELLIER pour le 23 mars 2017

Chez Fayard

Lénine par Dominique COLAS pour le 15 mars 2017

Chez Belin

Mésopotamie. De Gilgamesh à Artaban (3000 av. J.-C. à 224 apr. J.-C.) par Francis JOANNES, Philippe CLANCIER, Bertrand LAFONT et Aline TENU pour le 24 mars 2017

Chez La Découverte

L'énigme grecque. Histoire d'un miracle économique et démocratique (VIe-IIIe siècle avant J.-C.) par Josiah OBER pour le 23 mars 2017

Chez Albin Michel

La Mort lente de Torcello. Histoire d'une cité disparue par Elisabeth CROUZET-PAVAN pour le 29 mars 2017

Chez Gallimard

La Nation, la religion, l'avenir. Sur les traces d'Ernest Renan par François HARTOG pour le 30 mars 2017

 

Rédigé par Simon Levacher

Publié dans #parutions

Repost 0
Commenter cet article