Bilan de lecture de l'année 2018

Publié le 29 Décembre 2018

Cette année 2018 a été plus riche en lectures que la précédente. En 2017, je comptais une dizaine de lectures complètes, partagées sur le blog. C'est déjà pas mal pour moi. Cette année, j'ai repris un rythme plus proche de celui que j'avais en licence d'Histoire il y a quelques années.

Voici comment cela se décompose :

Janvier-février : 8 lectures, dont certaines entamées à la fin de l'année 2017 (2 coups de coeur, trois bd, 3 autres livres)

Mars : 3 livres (et de larges extraits d'un autre)

Avril-mai : pause (pas de lectures complètes)

Juin : 2 livres

Juillet : 1 livre

Août : 2 livres

Septembre : 1 livre

Octobre : 1 livre

Novembre : 3 livres (1 bd, un manuel et un livre audio)

Décembre : 1 livre

Soit un total de 22 livres. Je suis donc loin d'être un grand lecteur, même si ce chiffre ne tiens pas compte de certaines bande-dessinées que j'ai lu (sans rien avoir à dire de précis) ou relu, ni des extraits d'ouvrages que je lis. Actuellement, le livre que je consulte le plus souvent s'appelle le Code Civil (et je ne me vois pas en faire un compte-rendu de lecture ^^).

Malgré tout, dans une enquête de 2017, le Centre national du livre, considère que le grand lecteur est celui qui dépasse les 20 livres par an (ce qui est mon cas). Pour moi, face aux lecteurs qui sont à une cinquantaine de lectures par an, je suis un petit lecteur. Mais comparaison ne vaut pas raison et tout dépend de la référence. Le nombre moyen de livres lus par habitants en France est de 20 en 2017 (une bonne moyenne tout de même).   

Pour moi, c'est une très bonne moyenne car j'approche les 2 livres par mois. D'ailleurs, mes lectures étant des livres de non-fiction majoritairement, ce n'est pas la même approche qu'un roman. Les deux romans et les deux récits lus cette années l'ont été relativement vite, en comparaisons d'un livre d'histoire de la taille d'un pavé.

1. Les coups de cœur.

Il y en a deux cette année. Le premier c'est Le plancher de Joachim. L'histoire retrouvée d'un village français de Jacques-Olivier Boudon (Belin, 2017).

Le second livre c'est La vie secrète des arbres. Ce qu'ils ressentent. Comment ils communiquent de Peter Wohlleben (Les Arènes, 2017).

 

2. Les genres livresques.

Les genres livresques sont diversifiés, même s'il y a toujours une prédominance pour l'Histoire et la biographie (qui comptent pour 11 livres, soit la moitié de mes lectures complètes de l'année 2018).

Je suis content de constater que les romans et les récits prennent une bonne place. Cela faisait longtemps - je crois - que je n'avais pas lu autant de romans dans une année. Quant à la bande-dessinée, le chiffre est trompeur, car sur Babelio s'ajoute déjà un Tuniques bleues et j'en relis souvent des anciennes. J'ai toujours du mal à considérer cela comme une lecture à part entière (un bête blocage, je le conçois).

J'ai aussi pensé, en préparant cet article, que j'ai (re)lu, il y a trois semaines, dans le cadre de ma formation en notariat, la pièce de Anouilh, Antigone.

Donc, finalement, mes lectures complètes se montent plus à 24 livres que 22. Je ne sais pas comment font les lecteurs qui veulent faire un bilan de leurs lectures, en lisant plus d'une cinquantaine de livres par an (voir davantage, je pense, pour les bédévores ^^).

3. Les presque coup de cœur.

Il y a aussi ces lectures qui ne sont pas très loin du coup de cœur, mais auxquelles il manque un petit quelque chose. En Histoire, c'est d'autant plus difficile d'avoir des coup de cœur car le genre, souvent universitaire, ne se prête pas trop à la prose littéraire. Néanmoins, les critères sont différents. Par exemple, pour une biographie, j'attends à la fois qu'elle soit bien écrite et/ou qu'elle soit suffisamment synthétique et claire pour être fluide et agréable à lire (sans être surchargée de tout un tas de détails parfois pas toujours utiles et qui alourdissent le propos). Après, j'aime bien les détails, mais quand cela s'y prête et surtout quand l'auteur est capable de les couler dans son récit (et c'est tout un art de le réussir).

Dans cette catégorie des presque coup de cœur, les critères sont larges. En général, j'y mets les livres plaisants, dont je garde un souvenir sur le long terme, mais pour lesquels il n'y a pas eu cette petite étincelle qui apparaît avec les coup de cœur.

Il y a d'abord En camping-car d'Ivan Jablonka (Seuil, 2018).

Il y a aussi le Madeleine Project (Le Livre de Poche, 2017) de Clara Beaudoux.

Je peux ajouter une biographie universitaire, le Saint Louis de Sophie Delmas (Ellipses, 2017).

 

Vers 2019...

En 2019, le premier compte-rendu sera certainement le livre de Dominique Charpin, Lire et écrire à Babylone (PUF, 2008). Je le lis sur ma liseuse, dans le bus, assez lentement donc (hors des trajets, je lis un autre livre, ce qui me permet d'alterner). Il fait tout de même 314 pages et c'est un style universitaire (même si c'est bien écrit), avec des noms et des concept d'il y a 5 000 ans.

J'ai beaucoup de retard dans mes lectures, et je ne sais pas de quoi sera fait l'an prochain. J'aimerais retrouver un rythme plus soutenu en terme de lecture (franchir le cap des 30 livres dans l'année serait vraiment bien). J'ai bien conscience, cependant, qu'en reprenant des études très chronophages, l'organisation devient une gymnastique nécessaire pour trouver du temps pour lire (et l'organisation n'est pas ce qui me réussit le mieux ^^).

A tous, une bonne année livresque en avance !

Rédigé par Simon Levacher

Publié dans #parutions, #histoire, #littérature, #biographies, #historiographie, #sciences

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article