Parutions et achats livresques de janvier et février 2019

Publié le 6 Juillet 2019

Voici cette année le second des articles fourre-tout comme j'en ai l'habitude sur ce blog. Il concerne les parutions livresques et mes achats de janvier et février 2019, à la fois en format papier et numérique (et oui, j'ai du retard ^^).

Janvier 2019

Les livres papiers ont la primeur de cette présentation des parutions et achats de janvier.

Commençons par une biographie, celle de Nicolas Desmaretz (1648-1721), écrite par Stéphane Guerre et publiée en janvier 2019 chez Champ Vallon.

Ce personnage oublié est resté dans l'ombre de Colbert, même s'il fut lui-même Contrôleur des finances sous Louis XIV, entre 1708 et 1715, c'est-à-dire dans le crépuscule du règne. Ceci explique sans doute cela : son oubli.

Comme beaucoup de mes achats livresques, je lis souvent immédiatement des extraits des livres, ce dont je ne parle jamais. En effet, il est admis, par convention, qu'un compte-rendu d'ouvrage, pour être honnête déjà, doit comprendre une critique de l'ensemble du livre. Or, lire en entier un bouquin n'a jamais été réellement dans mes habitudes. Mais puis-je proposer une critique d'un ou deux, ou trois chapitres d'un livre de 500 pages ?

De cette biographie, je n'ai lu que l'Introduction et le chapitre concernant la bibliothèque de Desmaretz, même si l'envie d'en lire plus me poussera sans doute à y revenir.

Ensuite, c'est un livre de François Reynaert que j'ai acheté en papier, car j'aime beaucoup cet auteur, dont j'ai déjà pas mal d'ouvrages. Il s'agit ici de Voyage en Europe, paru en janvier 2019 chez Fayard.

L'auteur ne se cache pas de son attachement à la construction européenne en cours qu'est l'Union européenne. Il aborde donc l'histoire du continent avec ce prisme de départ. Il ne le cache pas aux lecteurs, ce qu'il faut reconnaître. Cette confession et ma lecture de certains passages font cependant naître un doute sur l'objectivité réelle du propos, qui tranche avec la méthode jusqu'ici adoptée par l'auteur dans ces autres livres. C'est pourquoi je ne l'ai pas encore entièrement lu, alors que j'ai souvent fait une chronique de la plupart de ces derniers livres (en exceptant Historama, assez inclassable).

Terminons avec les livres numériques.

Le premier livre est sans doute une petite surprise dans les parutions récentes sur la chute de l'Empire romain. Ceux qui me suivent depuis longtemps savent que cette période m'intéresse depuis longtemps. Ce livre à pour objectif de s'interroger sur l'impact des changements climatiques, mais aussi des épidémies, sur ce vaste ensemble géographique et politique que fut l'Empire romain.

Ce livre a un titre sous forme de question indirecte, Comment l'Empire romain s'est effondré (il n'y pas de point d'interrogation ce qui est à noter), écrit par Kyle Harper et paru aux éditions La Découverte en janvier 2019. Le titre est peut-être un peu aguicheur... De plus, contrairement à ce que cela pourrait paraître, il ne me semble pas du tout grand public. Les extraits que j'ai lu, notamment l'Introduction, montre que l'auteur se base sur les sciences dures pour appuyer ses propos. De plus, ce n'est pas nécessairement une hypothèse qui fait consensus dans le monde des universitaires aujourd'hui (même si celle présentée dans cet ouvrage est sérieuse).

Le dernier livre de janvier, je ne pourrais pas en parler du tout. Je n'en ai pas encore lu un extrait, ce qui est plutôt rarissime. Dès lors, guidé par un principe d'honnêteté consistant à parler uniquement de ce que j'ai lu, je vais simplement vous donner les références. Je pense effectivement que ce livre est important et intéressant. Il traite de la question de la naissance des premiers États. Il s'agit de Homo Domesticus, écrit par James C. Scott et paru aux éditions La Découverte en janvier 2019.

James C. Scott est un anthropologue spécialiste de l'Asie du Sud-Est. Il a d'ailleurs écrit un ouvrage Zomia ou l'art de ne pas être gouverné (Le Seuil, 2013), centré autours de communautés montagneuses qui refusent l'autorité de l’État et qui, pour cela, sont souvent maltraitées. Sur ce dernier livre, il existe un compte-rendu complet proposé par le site La vie des idées : voir ici.

Février 2019

Le premier livre de février est un traité politique, Comment gouverner un peuple roi ?, écrit par Pierre-Henri Tavoillot et publié chez Odile Jacob en février 2019. De même que le Homo Domesticus, je n'en parlerais pas. Si j'en ai lu quelques extraits, je n'ai pas pris de notes et je n'ai pas une mémoire suffisamment bonne pour me rappeler ne serais-ce que quelques éléments de sa thèse. Bien sûr, le titre à lui seul ne laisse aucun doute sur le sujet de l'ouvrage : l'art de gouverner et, encore plus précisément, l'art de gouverner en démocratie (du moins les démocraties de types occidentales).

Concernant le second livre, j'en ai fait la chronique sur ce blog. Il s'agit du Apprendre ! par Stanislas Dehaene. Je n'en reparlerais donc pas ici.

Le troisième livre est un peu plus particulier. Il s'agit de L'Intelligence artificielle et les chimpanzés du futur écrit par Pascal Picq, paléoanthropologue, paru en janvier 2019. J'ai pu rencontrer l'auteur et faire dédicacer le livre à la librairie Martelle, à Amiens, le 7 février 2019.

 

Rédigé par Simon Levacher

Publié dans #littérature, #biographies, #histoire, #actualité

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article