Pré-textes. L'homme préhistorique en morceaux par Yves Coppens (2011)

Publié le 5 Janvier 2015

Le livre est partitionné en thèmes assez différents et une certaine cohérence se dégage de l'ouvrage. Il correspond à la plupart des livres grand public d'Yves Coppens. Il a réunit dans trois ouvrages, des textes et articles écrits et publiés tout au long de sa carrière. Il y a "Pré-ambules" (1988), Pré-textes (2011) et "Pré-ludes" (2014). Ce sont - de facto - des compilations. C'est dans cet esprit qu'ils ont été pensés, mais "il ne s'agit pas d'une simple 'compil' : ces morceaux ont été soigneusement triés et organisés en thèmes se rapportant aux hommes fossiles que j'ai toujours fréquentés (...)" (p.14). Il y a une sorte de logique qui découle de ces publications, même si Coppens se défends de cela, sous-entendant que ce n'est pas volontaire (Pré-ludes, p. 11). Le premier livre, "Pré-ambules" aborde l'histoire de sa discipline, la préhistoire, les grands préhistoriens, les grands ancêtres (notamment Lucy), en terminant par l'enseignement de sa discipline et la réception par le public. Dans "Pré-textes", ce sont éléments plus thématiques et synthétiques qu'il met à disposition des lecteurs. Ainsi, il définit de manière synthétique un panel impressionnant de disciplines scientifiques permettant l'étude du genre homo (la paléontologie, la paléobiologie, la préhistoire, la paléoanthropologie, la morphologie, etc.) ; dans une seconde partie, il aborde à grands traits la question des origines de l'homme, en passant par les pré-humains, Lucy, jusqu'au Neandertal ; dans la troisième partie, il évoque des études scientifiques sur des parties du corps humains (le cou, le coude, la main, le genou, etc.) ; dans la quatrième partie, il insiste sur l'esprit de l'homme préhistorique, à savoir ses croyances, la mort, l'art, etc.) ; en cinquième et dernière partie, il inventorie les lieux de peuplement de l'homme préhistorique en citant des pays du monde entiers. Dans "Pré-ludes", il s'agit pour Coppens de parler de l'environnement de l'homme préhistorique. Il est question d'Univers, de climat, d'introduction à des recherches sur des hommes connus et moins connus (par exemple, il évoque une étude du crâne et des dents de Mozart).

Bref, ces trois ouvrages se complètent. Parfois, il y a des redites, mais c'est le risque de l'exercice. Je trouve personnellement très sévères les critiques sur "Pré-textes". Il y a de forte chance pour l'accusation de "compilation" soit faite à "Pré-ludes". Pour autant, je trouve plaisant d'avoir à porté de la main, plusieurs dizaines de textes d'Yves Coppens, articles, conférences, préfaces et autres, car elles seraient sans cela inaccessible. Elles permettent d'appréhender l'histoire de l'homme et les à-côtés de manière certes synthétique et grand public, mais c'est plaisant et utile, tellement enrichissant. Si déjà, certains créationnistes et sceptiques lisaient les livres d'Yves Coppens, ils y gagneraient et l'humanité aussi.

Rédigé par Simon Levacher

Publié dans #notes de lecture, #préhistoire

Repost 0
Commenter cet article