Les collections de poche en Histoire

Publié le 31 Mars 2017

Cet article apportera un éclairage à toute personne soucieuse d'avoir accès à des études sérieuses à moindre frais. Il donnera des indications sur l'historique du livre de poche, sur les collections sélectionnées, avec un éclairage tout personnel sur des parutions récentes (et une ou deux parenthèses pour approfondir un sujet ou un auteur).  

__________________________________________________________________________

Sommaire

1. Un petit historique du livre de poche

2. Les collections de poche en Histoire

a. La collection « Folio »

b. La collection « Tempus »

c. La collection « Texto »

__________________________________________________________________________

1. Un petit historique du livre de poche

Outre le label "Livre de Poche", qui publie des livres de littérature générale, mais aussi de sciences humaines et sociales, il existe une multitude de collections : GF et Champs pour Flammarion, Texto pour Tallandier, Tempus pour Perrin, Pluriel pour Fayard ou encore Folio pour Gallimard, pour ne citer que les plus connues.

Pour reprendre la définition proposé par un site bien connu :

Un livre de poche est un livre censé être suffisamment petit pour tenir dans une poche, et de prix relativement bas, en contrepartie d'une qualité plus faible (couverture plus souple et collée, plutôt que reliée). Le plus souvent, il s'agit de réimpressions d'ouvrages ayant déjà connu un succès suffisant sous leur format d'origine.

Wikipédia, "Livre de poche"

Un des premiers exemples en France est la Bibliothèque bleue au XVIIe siècle, création de Nicolas OUDOT, un habitant de Troyes. Il s'agissait d'ouvrages de petits formats, très peu chers (2 sous), accompagnés d'une mauvaise qualité du papier.

Aux XXe et XXIe siècles, le livre de poche connaît une démocratisation certaine. Le marché est cependant dominé par un oligopole (peu de vendeurs et beaucoup de clients) composé d'Hachette Livre, Editis, Gallimard, Flammarion et La Martinière. En 2008, ces groupes contrôlaient 82% du marché du poche.

Les premières collections en parts de marché sont « Le Livre de Poche », « Harlequin », « Marabout » et « Larousse » pour Hachette Livre, « Pocket », « Pocket Jeunesse », « Fleuve Noir », « 10/18 », « Kurokawa » (soit l’ensemble Univers Poche) et « First » pour Éditis, « Folio » chez Gallimard, « J’ai lu », « Librio » et « GF » pour Flammarion, et « Points » pour La Martinière. Il est sans doute possible de rajouter aujourd'hui des maisons d'éditions moins importantes dans le domaine du poche, mais très visibles dans le monde universitaire : « Tempus » pour Perrin et « Texto » pour Tallandier.

Si le livre de poche est donc devenu un incontournable des librairies ou des centres culturels, il s'agit toutefois d'une innovation du XXe siècle. Bien sûr, les petits livres ne sont pas apparus au siècle passé, comme nous l'avons vu plus haut. C'est l'aspect social qui en fait une nouveauté. Le livre n'est plus un produit de luxe. Il devient populaire, accessible aux bourses les plus dégarnies. La scolarisation obligatoire et la lutte contre l'illettrisme et l'analphabétisme permettent une démocratisation de la lecture, principalement de romans.

Faites le test. Aujourd'hui, il suffit de regarder dans les transports en commun. Les gens lisent du polar, du classique, de l'histoire, du manga, etc. Et même si les académiciens et les conservateurs critiquent le manque de culture littéraire des jeunes, il est incontestable qu'ils lisent. Mais ils dévorent des romans écrits sur mesure pour eux. Il s'agit du genre Young Adult, très à la mode chez les jeunes, majoritairement les femmes. Au XXIe siècle, donc, les femmes lisent en moyenne beaucoup plus que les hommes. Peut-être cela dérange ces messieurs de l'Académie qui n'ont décidément plus le monopole de la culture ?

Mais qu'en est-il des sciences humaines et de la littérature "grise" me direz-vous ?

2. Les collections de poche en histoire

Si de nombreuses disciplines sont publiées en poche, je vais me contenter de l'Histoire. Dans ce domaine, je citerais principalement Folio histoire de Gallimard, Tempus de Perrin, Texto de Tallandier, Champs histoire de Flammarion, mais aussi Que sais-je ? des P.U.F. Il est possible d'ajouter les collections Points histoire (collection du Seuil puis maison d'édition du groupe La Martinière depuis 2006) et Pluriel. Ne pouvant parler de toutes les collections dans cet article, je vais me limiter aux trois que j'aime le plus : Folio, Tempus et Texto. Je possède plus de "Points histoire" que les autres, mais les parutions récentes de cette collection m'attirent moins.

a. La collection « Folio »

La collection « Folio » remonte à 1985. Un folio est à la fois un feuillet et un format de livre, même si l'origine du nom demeure mystérieuse. Elle reste la collection incontournable pour tout étudiant en histoire. De grands noms de la discipline y sont publiés : Duby, Furet, Ozouf, Agulhon, Le Goff, etc. Elle est dirigée par Eric Vigne.

En voici les grandes lignes, disponibles sur le site de Gallimard.

Statistiques de la collection Folio histoire (source : site Gallimard).

Statistiques de la collection Folio histoire (source : site Gallimard).

Un autre aspect, très intéressant, ce sont les "inédits". Publiés directement en poche, ils permettent de rendre accessible des recherches récentes au plus grand nombre. Depuis ces dernières années, j'en citerais quelques-uns qui m'ont marqué et que j'ai dans ma bibliothèque. D'abord, celui de Francis DEMIER, La France de la Restauration (1814-1830). L’impossible retour du passé (2012). J'ai vraiment apprécié cet ouvrage, dont j'ai fais un compte-rendu sur ce blog (Cf. La France de la Restauration). 

Ensuite, un ouvrage de mon ancien directeur de master 1, Christian CHEVANDIER, Policiers dans la ville: Une histoire des gardiens de la paix (2012). Je l'ai utilisé pour mes recherches de master sur Fécamp : Maintenir la paix sociale à Fécamp (1792-1871). L'histoire de la police, peut-être avec l'actualité, revient donc sur le devant de la scène historiographique. Le maintien de l'ordre est une thématique intéressante. Un collègue étudiant, en 2013, a réalisé un excellent mémoire de master 2 sur Une police républicaine ? La police municipale du havre sous la troisième république (1870-1941), également sous la direction de Christian CHEVANDIER. D'autres jeunes historiens prometteurs se sont intéressés à cette thématique. Outre Quentin DELUERMOZ, il est possible de citer Aurélien LIGNEREUX, auteur d'un tome dans la série "Histoire de la France contemporaine" au Seuil. 

J'ajouterais un livre de synthèse récent, par un très grand spécialiste de son domaine. Celui de Michel KAPLAN, Pourquoi Byzance ? Un empire de onze siècles (2016). J'ai pu en lire de larges extraits. Le style est difficile, sans doute dû à la forme qui fait un peu manuel universitaire. L'Empire byzantin (330-1453) est un Etat qui couvre une période complète de l'histoire : le Moyen-Âge. Culturellement grec, c'est cependant l'héritier de l'Empire romain, rapidement schismatique en terme de religion. Pour autant, il donne l'impression d'évoluer sur des bases stables et immuables. Bref, c'est une société et une histoire originale qu'analyse avec brio Michel KAPLAN. En dépit d'un style qui peut rebuter les passionnés d'histoire, cet ouvrage possède des gros plus : des cartes, une liste des empereurs, une bibliographie sélective ou encore un glossaire et un index.

b. La collection « Tempus »

Fondée en février 2002, cette collection est devenue une incontournable des bibliothèques universitaires, mais aussi des bibliothèques privées. Les publications sont de qualités inégales, Perrin rééditant quasi-majoritairement des titres parus précédemment en grand format. C'est le cas récent de l'Histoire de la Russie des tsars de Richard PIPES.

 

 

Edité pour la première fois en mars 2013, l'ouvrage vient d'entrer dans la collection de poche en mars 2017. Soit quatre ans plus tard. Il n'y a toutefois pas de règles pour les parutions en poche. Parfois, il faut attendre très longtemps. L'étude de Bénédicte VERGEZ-CHAIGNON sur Les vichysto-résistants est paru pour la première fois en septembre 2008. La version poche a été édité en septembre 2016. C'est pourtant un livre qui est devenu une référence sur le sujet ! 

 

Une caractéristique de cette collection, un peu à l'image de Gallimard, c'est la réédition en poche de classique de l'Histoire. Le dernier exemple en date est la biographie de Washington par François GUIZOT (1787-1874), parue en janvier 2017.

Le livre est présenté et annoté par Laurent THEIS, spécialiste de l'historien du XIXe siècle, auteur d'une biographie remarquée, parue chez Fayard en 2008. Mais qui est Guizot ? Homme politique, professeur, historien, diplomate, même critique d'art, il fascinait ses contemporains. Il a traversé son siècle. Né sous l'Ancien Régime finissant, il meurt sous une IIIe République balbutiante. Au cours de sa vie (1787-1874), il connaît deux régimes monarchiques, trois républiques et deux empires :

  • La monarchie : l'Ancien régime (1787-1792) et les monarchies post-révolutionnaires (1814-1815/1815-1848).
  • Trois républiques : la Première (1792-1804) ; la Seconde (1848-1851) et la Troisième (1870-1874).
  • Deux empires : le Premier (1804-1814/1815) et le Second (1851-1870).

 

De même, il connaît trois invasions de la France. Au début de la Révolution d'abord, puis en 1814 et 1815 ensuite et enfin en 1870-1871. Il a vécu trois révolutions (1789-1792, 1830 et 1848) plus une insurrection révolutionnaire, la Commune (1871). En comparaison, pour le siècle suivant, mon arrière grand-mère, Denise THOMAS (1913-2003), a connue aussi une France agitée : trois républiques, une dictature et deux guerres mondiales. Mais l'histoire du XXe siècle, malgré sa violence et son instabilité périodique, n'équivaut pas à ce XIXe siècle qui voit l'histoire s'accélérer (du moins c'est l'impression que ça donne). 

Pour vous donner une idée, et refermer cette parenthèse, voici la liste des changements de régime ou de transition politique que Guizot a vécu, avec la durée approximative entre chaque :

  • 1787-1789 : Ancien régime (2 ans)
  • 1789-1792 : Révolution a proprement dite (3 ans)
  • 1792-1795 : Proclamation de la République jusqu'à l'institution du Directoire qui voit la décapitation des Jacobins (3 ans)
  • 1795-1799 : Directoire qui se termine par le coup d'état de Bonaparte (4 ans)
  • 1799-1804 : Consulat qui se termine par la proclamation de l'Empire (5 ans)
  • 1804-1814 : Premier empire (10 ans)
  • 1814-1815 : Première restauration (environ 1 ans)
  • 1815 : Cent jours et retour de Louis XVIII (environ 100 jours)
  • 1815-1830 : Louis XVIII et Charles X, dont le règne se termine par une révolution, les Trois Glorieuses (15 ans)
  • 1830-1848 : Louis-Philippe (18 ans)
  • 1848-1851 : Seconde république et coup d'état de Bonaparte (le neveu !) (3 ans)
  • 1851-1870 : Napoléon III (19 ans).
  • 1870-1871 : Troisième république jusqu'à la Commune (1 an environ)
  • 1871 : Commune de Paris, avec des incidences en Province (2 mois).
  • 1871-1874 : Troisième république (3 ans)

 

Bref, en moyenne, il se passe un événement tous les 5-6 ans, ce qui montre l'instabilité politique de la France du XIXe siècle. En comparaison, mon arrière grand-mère a connue de longues périodes d'accalmies : l'entre-deux guerres (1919-1939, soit 20 ans), mais surtout la Cinquième république (1958-2003, soit 45 ans). Moi-même, je suis né en 1989 et j'ai connu un seul régime : la Cinquième république, de 1989 à aujourd'hui, soit plus de 27 ans.

Revenons à Tempus, et terminons en disant que la collection publie également, comme Gallimard, des inédits. Je ne citerais qu'un exemple récent. Celui du livre de Andreï KOZOVOÏ intitulé Russie, réformes et dictatures (1953-2016) édité en janvier 2017.

Si vous voulez en savoir plus sur Guizot, il existe un site extrêmement bien fait et intéressant : http://www.guizot.com/fr/ (cliquez sur l'adresse).

c. La collection « Texto »

La collection « Texto » est créée en mars 2007 par Jean-Claude Zylberstein. Elle appartient à la maison d'édition Tallandier, une des plus anciennes en France. François Polo et Georges Decaux s'associent pour fonder leur maison d'édition en 1871 sous le nom de Librairie Polo. Decaux récupère l'affaire en 1875 sous le nom de Librairie illustrée. Enfin, en 1900, les frères Tallandier et Jean-Armand Montgrédien reprennent la société. L'année suivante, Jules Tallandier (1863-1933) rachète les parts de son frère Charles, malade, et celles de Montgrédien. La maison d'édition a aujourd'hui une bonne réputation dans les milieux universitaires.

Quant à la collection Texto, à ses débuts, elle se donne pour mission de rééditer des livres épuisés ou considérés comme des classiques de la littérature historique. C'est le cas de la fameuse Histoire de France du journaliste Jacques BAINVILLE (1879-1936), royaliste et membre de l'Action Française. Il est possible de citer aussi la Bible de l'humanité par Jules MICHELET.

L'autre particularité, c'est la présence de toutes les périodes au sein de la collection et une forte proportion de biographies. Pour l'antiquité, il y a Alcibiade (2008) de Jacqueline de ROMILLY, ou encore le Sénèque. Une introduction (2007) de Paul VEYNE. Plus récemment, je citerais le César, chef de guerre (2015) par Yann LE BOHEC ou le Cicéron (2012) de Pierre GRIMAL. Pour les autres périodes, de grands noms de l'historiographie, de mon point de vue en tout cas, sont publiés. C'est le cas de Jean FAVIER (1932-2014), pour ne prendre qu'un exemple, avec au moins six ouvrages, dont ses biographies de Louis XI (2012), Philippe le Bel (2013) et Charlemagne (2013).

Le monde actuel n'est pas oublié. Très récemment est parue en poche la biographie de Florence AUTRET sur Angela Merkel. Une Allemande (presque) comme les autres (2017).

La Première et la Seconde Guerre mondiale sont bien représentée dans la collection, mais aussi la Révolution et l'Empire. Dans cette lignée, Texto donne une place intéressante à Churchill, permettant presque de faire redécouvrir cette figure anglaise au public français en éditant ses Mémoires de guerre (2013) et ses Mémoires de la Grande Guerre (2016).

Récemment, en janvier 2017, en grand format, Tallandier à publié un livre composé de plusieurs textes de Churchill sur ses grands contemporains, intitulé Mes grands contemporains et préfacé par le spécialiste du politicien anglais, François KERSAUDY. Je crois qu'il faut souligner les efforts éditoriaux engagés. Ainsi, en poche, est paru Mon voyage en Afrique (1907) (2010), Journal politique (1936-1939) (2010) ou encore Mes jeunes années (2007). Ce traitement, à ma connaissance, ne se retrouve pas dans les autres collections de poche évoquées. Mais deux autres personnages connaissent un sort semblable chez Tallandier : Napoléon Ier et Louis XIV. Pour Napoléon, comme pour Churchill, la grande entreprise récente est l'édition de ses Mémoires (2016).

Pour Louis XIV, là-encore, la collection compte ses Mémoires (2007). Celles-ci sont accompagnées d'une préface de Joël CORNETTE, très précieuse pour comprendre la genèse et l'histoire de ce texte pour le moins original. 

 

En conclusion, je dirais que ces trois collections sont complémentaires et très utiles pour les étudiants, mais aussi le grand public soucieux de culture historique. Folio est plus universitaire, comptant un grand nombre d'inédits, privilégiant souvent l'histoire en train de se faire et des thématiques plus actuelles. Tempus, à son échelle, est une collection qui préfère les rééditions de grands formats issus de ses propres fonds. Elle est plus inégale, proposant des biographies, des travaux plus originaux et quelques inédits. Elle publie donc à la fois de l'histoire en train de se faire et de l'histoire classique (Guizot par exemple, mais aussi Michelet). Enfin, Texto, la plus récente collection, hérite de l'esprit Tallandier : une histoire assez classique, privilégiant les grandes périodes et les grandes figures. Toutefois, en mettant l'accent sur les guerres mondiales, par exemple, elle donne à lire des études sérieuses et permet même la (re)découverte d'un personnage comme Churchill en éditant ses textes. Elle allie classicisme et modernité avec un certains brio, ce qui en fait souvent une collection incontournable concernant certains sujets.    

Rédigé par Simon Levacher

Publié dans #histoire, #parutions, #historiographie

Repost 0
Commenter cet article